Transformer le plastique pour améliorer les conditions de vie : L’autre stratégie de Mékong Plus

Transformer le plastique pour améliorer les conditions de vie : L’autre stratégie de Mékong Plus

Depuis le début, Mekong Plus et son fondateur Bernard Kervyn se sont profondément dévoués à changer la vie des habitants défavorisés et de leurs familles au Vietnam, par le biais d’initiatives telles que les microcrédits, l’élevage durable et les programmes de bourses d’études visant à maintenir un maximum d’enfants à l’école.

Grâce à son étroite collaboration avec les écoles de la région et aux encouragements de EARTHDAY.ORG, Mekong Plus a commencé à organiser des excursions pour les étudiants afin de collecter régulièrement les déchets plastiques dans les villages. La plupart des déchets plastiques sont ensuite pesés et vendus à des collecteurs locaux.

Kids participating in a plastic waste collect in a rural village of Vietnam

« Cela s’est bien passé pendant un certain temps, mais [ensuite] nous avons réalisé que la valeur ne cessait de baisser », explique Bernard. 

C’est un problème qui échappe au contrôle des sections locales. « Et si [un jour] le Vietnam ne pouvait plus exporter ses déchets plastiques ? » s’interroge Bernard.

Des moyens novateurs pour lutter contre les déchets plastiques au Vietnam

Face à l’habitude inquiétante des habitants de jeter des déchets plastiques dans les rivières par manque de perspicacité, Bernard et son équipe ont commencé à chercher des solutions alternatives qui seraient bien accueillies par la population locale.

Littering is unfortunately a common sight in Vietnamese city and rural areas

Au départ, Mékong Plus a tenté d’imiter les efforts déployés dans l’État du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, où des déchets plastiques sont mélangés à du bitume pour créer des routes durables et résistantes à la dégradation et à la formation de nids de poule pendant la mousson. 

« C’était une idée brillante… jusqu’à ce que nous réalisions que le coût était 50 % plus élevé que celui des routes ordinaires ici », a déclaré Bernard, déçu.

Puis, motivé par des rapports de réussite en Amérique latine, Mékong Plus a commencé à rechercher des méthodes pour fabriquer des briques à partir d’un mélange de ciment et de plastique. 

« [Mais] après quelques simulations, les briques se sont avérées être 30% plus chères que les briques traditionnelles ! ». racontait Bernard.

La révélation est venue lorsque Mékong Plus a réalisé que l’on pouvait faire quelque chose pour compléter les briques traditionnelles qui restaient l’option la plus économique pour la construction. En utilisant une combinaison de déchets plastiques et de tetra packs provenant d’emballages de boissons et de lait, des panneaux pouvant remplacer les murs en briques et les toits en fer ont pu être fabriqués avec une réduction de 20% du coût total.

A house covered in recycled panels in a rural village of Vietnam

« Les économies de coûts sont importantes car nous ciblons les pauvres », précise Bernard. « Notre programme de logement pour les plus pauvres dans le delta [du Mékong] subventionne 370€ pour chaque famille. Nous augmentons cette valeur à 555€ s’ils sont prêts à utiliser les panneaux. »  

Avec de plus en plus de locaux qui suivent l’exemple, il pense que l’effort gagnera en popularité à mesure que les gens seront informés sur les avantages; qui vont au-delà de la simple sauvegarde de l’environnement. Outre le recyclage de près d’une tonne de déchets plastiques pour une petite maison d’environ 30 m2, l’intérieur des maisons fabriquées avec des panneaux recyclés bénéficie d’une température ambiante moyenne de 2 à 3 °C plus fraîche.

A close look at the recycled panels, keeping homes 2-3°C cooler

Le carburant à partir de plastique n'est pas une utopie

À l’instar de nombreux pays en développement, l’incinération désordonnée des déchets plastiques est illégale mais courante. Mais toutes les incinérations ne sont pas égales, comme Bernard et son équipe l’ont vite compris. Par pyrolyse, ou combustion sans oxygène, les déchets plastiques peuvent être transformés en combustible fossile tel que le diesel, l’essence et le gaz naturel, tout comme le charbon de bois est créé à partir du bois.

En plus de travailler avec une entreprise française pour produire des machines à grande échelle afin de rendre ce rêve possible dans le delta du Mékong, Mekong Plus a contacté NuFuels, une entreprise basée en Nouvelle-Zélande qui se concentre sur les dispositifs de pyrolyse à petite échelle adaptés aux communautés éloignées, notamment les insulaires du Pacifique qui souffrent de problèmes énergétiques constants. 

« La technique est à petite échelle, entre 20 et 50 kilogrammes [de déchets]. Nous avons conclu un accord avec eux et les autorités locales [au Viêt Nam] ont approuvé le concept en principe », souligne Bernard, optimiste. 

Un autre avantage des systèmes de pyrolyse est leur capacité à utiliser de nombreux types de déchets plastiques. Selon les experts, la pyrolyse devrait idéalement produire 95 % de carburant et de gaz, l’efficacité maximale dépendant d’un certain nombre de facteurs, dont la capacité du système.

« Nous espérons que le combustible pourra être utilisé pour alimenter des motos et produire de l’électricité pour les écoles », a fait remarquer M. Bernard. L’Université de Ho Chi Minh Ville (HUTECH) ayant également manifesté son intérêt et son soutien, l’équipe a bon espoir.

Faire du mobilier en plastique une option attrayante

S’écartant des projets de plus grande envergure, Mékong Plus cherche également des solutions plus simples, comme le recyclage du plastique en meubles.

« En tant qu’économiste faisant du travail social, je pense que cela doit être financièrement viable », a ajouté Bernard tout en citant des exemples de la façon dont certains tests exigent des prix jusqu’à 2 fois supérieurs à ceux des meubles en bois pour les alternatives en plastique.

Pour rendre cela possible, Ánh Dương Centre et Mekong Plus ont entamé une collaboration technique avec ReForm Plastic Project en fournissant régulièrement des déchets plastiques. Piloté par Jan Zellmann d’Evergreen Labs, un laboratoire d’affaires créatif qui se concentre sur la conception de solutions commerciales durables, le projet a été lancé en 2017 avec pour mission de produire des meubles écologiques et commercialement viables.

Du mobilier scolaire aux tables de bureau en passant par les poubelles, les articles fabriqués à partir de déchets plastiques broyés à l’usine ReForm Plastic sont plus abordables et plus résistants que les meubles en bois ordinaires.

Mékong Plus est ouvert aux idées

En définitive, Mékong Plus croit à la durabilité avant le profit. Bernard souligne que de nombreux fournisseurs de solutions ont peur des problèmes de propriété intellectuelle qui peuvent se poser dans les pays du tiers monde.

« Il est difficile de travailler avec des personnes qui veulent cacher leurs idées. Nous sommes heureux que les autres étudient aussi nos idées », insiste-t-il.

Si vous avez des suggestions sur la manière d’éliminer le problème de la quantité croissante de déchets plastiques dans le delta du Mékong, n’hésitez pas à contacter Mekong Plus à l’adresse bernard.kervyn@mekongplus.org.

Laisser un commentaire