La situation des femmes vietnamiennes en 2024 : progrès, défis et rôle des ONG | Mékong Plus

Éditorial

Comme le montre cette étude, la dernière décennie a vu des progrès significatifs pour les filles et les femmes au Vietnam, en termes de protection de leurs droits et d’accès aux opportunités dans plusieurs domaines.

Les femmes et les filles ont constaté une amélioration marquée des niveaux de vie, de l’accès à l’éducation et des opportunités économiques et d’emploi. Néanmoins, la sombre prévalence des violations des droits persiste, avec la violence basée sur le genre, le harcèlement sexuel et la traite des êtres humains affectant principalement les filles et les femmes.

De plus, les filles et les femmes n’ont pas bénéficié de manière égale des progrès réalisés au Vietnam. Et il existe des disparités significatives entre les environnements urbains et ruraux : les filles et les femmes dans les zones rurales souffrent d’une plus grande discrimination et de violations des droits, ont moins d’opportunités éducatives et professionnelles, gagnent des salaires plus bas et, en général, vivent dans une plus grande précarité. Les filles et les femmes dans les communautés rurales supportent de manière disproportionnée le fardeau des soins aux membres de la famille et passent de longues heures à faire les tâches ménagères et des travaux physiques épuisants, ce qui se traduit par un coût d’opportunité élevé. Sans éducation, qualifications et opportunités d’emploi formelles, d’innombrables filles et femmes restent piégées dans la pauvreté, faisant face à des perspectives d’avenir sombres.

Dans ce contexte difficile, le travail de Mekong Plus, dans la région du delta du Mékong, est vital pour le bien-être et les perspectives de vie des filles et des femmes. Mekong Plus fournit des programmes essentiels d’éducation et de formation professionnelle – y compris des formations adaptées pour les agricultrices et les entrepreneures – aux filles et aux femmes des communautés les plus défavorisées. Ces programmes impactants transforment positivement la vie des filles et des femmes individuelles, ainsi que celle de leurs familles et communautés. Notre organisation félicite le travail de Mekong Plus !

Lindsey Nefesh-Clarke

Fondatrice & Présidente de Women’s WorldWide Web (W4)

Membre du Comité Consultatif Stratégique d’ONU Femmes France

 

Introduction

Loin de l’agitation des villes et de la tranquillité des campagnes vietnamiennes, un récit discret se déroule : celui des femmes. Leurs histoires, intrinsèquement liées à l’identité nationale, racontent un parcours remarquable vers le progrès, mais aussi les défis qui subsistent.

Cette exploration nous plonge dans la vie des femmes vietnamiennes d’aujourd’hui. Nous découvrirons leurs contributions essentielles au développement du pays, les obstacles auxquels elles sont confrontées et les organisations qui luttent pour leurs droits et leur autonomisation.

 

Situation des femmes au Vietnam : Quels progrès ?

Le cas des droits des femmes au Vietnam

Le Vietnam se targue d’un cadre juridique qui défend l’égalité des sexes, évident dans les lois garantissant des droits égaux en matière d’éducation, d’emploi et de participation politique.

La Loi sur l’égalité des sexes (2006) garantit des droits égaux pour les femmes en matière d’éducation, d’emploi, de soins de santé et de participation politique. La Constitution interdit également la discrimination fondée sur le sexe. Ces cadres juridiques forment une base positive pour la promotion des droits des femmes.

Au cours des dernières années, des progrès considérables ont été réalisés dans les domaines suivants :

 

Taux de participation à la force de travail par sexe au Vietnam

  • Participation au marché du travail : Les femmes vietnamiennes sont très présentes dans la main-d’œuvre, avec des taux atteignant 75 % de participation, un chiffre bien supérieur aux chiffres de l’APAC et du monde, qui se situent autour de 45-50 %.

 

 

Aires urbaines et rurales : un monde d’écart

L’urbanisation rapide du Vietnam peint un décor dynamique pour les expériences des femmes. Entre 1990 et 2020, la population urbaine a plus que doublé, atteignant 40 %. Cette tendance devrait se poursuivre, avec des prévisions de plus de 50 % de Vietnamiens vivant en ville d’ici 2050. Ce changement dramatique signifie à la fois des opportunités et des défis pour les femmes naviguant dans des paysages divers.

 

Les conditions des femmes vietnamiennes dans les zones urbaines

Dans des villes animées comme Hanoï ou Ho Chi Minh-Ville, les femmes vietnamiennes sont de plus en plus visibles en tant qu’entrepreneures, dirigeant de petites entreprises dans l’économie informelle. Les études estiment leur contribution aux économies urbaines à un chiffre impressionnant de 70 %. Alors que beaucoup prospèrent dans cet environnement, le tableau financier n’est pas uniforme.

Les zones urbaines affichent généralement des salaires moyens plus élevés. La Banque mondiale rapporte un revenu mensuel moyen de 5,9 millions de dongs vietnamiens (240 USD) pour les résidents urbains, contre 3,8 millions de VND (155 USD) pour ceux des zones rurales. Cela se traduit par un écart salarial de 35 % en faveur des citadins.

Cependant, les environnements urbains entraînent des dépenses plus élevées pour le logement, la nourriture et les transports, réduisant les budgets des ménages. De plus, les femmes des villes peuvent être confrontées à un manque d’options de garde d’enfants abordables. Le manque de services de garde d’enfants abordables force de nombreuses femmes à choisir entre le travail et la famille, freinant ainsi leur participation économique.

 

Les conditions des femmes vietnamiennes dans les zones rurales

Les femmes rurales, représentant 60 % de la population féminine du Vietnam, rencontrent un ensemble unique de défis qui entravent leur bien-être et limitent leurs opportunités.

Le manque d’enseignants et de professionnels de la santé qualifiés dans les zones rurales impacte significativement leur accès à l’éducation et aux soins de santé, affectant ainsi leur santé générale et leur niveau d’éducation.

Principalement engagées dans le travail agricole, les femmes vietnamiennes font face aux dures réalités des bas salaires, des longues heures et de la dépendance aux conditions météorologiques imprévisibles qui peuvent bouleverser leurs moyens de subsistance. Il convient toutefois de noter que le secteur agricole est actuellement en déclin, au profit des secteurs industriels et des services.

Changement dans la répartition de l'emploi par secteur économique Vietnam

Mais selon ActionAid Vietnam en 2022, la rareté des options d’emploi formelles et diversifiées dans les zones rurales limite leur potentiel de croissance des revenus et d’avancement professionnel, entravant leur liberté économique et leur mobilité sociale.

Comprendre ces défis interdépendants auxquels sont confrontées les femmes rurales est crucial pour formuler des politiques et des

programmes efficaces visant à combler les écarts entre les sexes et à améliorer les conditions de vie des femmes vietnamiennes.

 

Le rôle essentiel des femmes vietnamiennes dans le développement

Malgré les défis auxquels elles sont confrontées, les femmes vietnamiennes restent l’épine dorsale du développement de la nation.

 

Moteur économique : générer des revenus et soutenir les familles

Au-delà de leur présence omniprésente dans les rizières animées et les marchés urbains, les femmes vietnamiennes sont des géants invisibles qui dirigent l’économie du pays. 

Études réalisées par Oxfam révèlent leur rôle crucial dans le secteur informel , contribuant ainsi à hauteur de 70 % aux économies urbaines et 40 % aux économies rurales. Cela se traduit par des revenus familiaux importants et un soutien vital aux familles, ce qui en fait le moteur caché du développement du Vietnam. Les femmes vietnamiennes excellent dans divers secteurs :

  • Agriculture : Ils représentent 70 % de la main d’œuvre agricole , garantissant la sécurité alimentaire de la nation et générant des revenus d’exportation grâce à des cultures comme le riz, le café et les noix de cajou.

 

  • Petites entreprises : Elles sont 90 % de micro-entrepreneurs , dirigeant de petites entreprises dans divers secteurs comme la fabrication de vêtements, les stands de nourriture et l’artisanat.

 

  • Commerçants du marché informel : Ils dominent les marchés informels, vendant de tout, des produits frais aux articles ménagers, fournissant des services essentiels et créer des opportunités d’emploi.

 

Leur esprit d’entreprise transparaît dans leur ingéniosité, leur adaptabilité et leur résilience. Ils opèrent souvent avec des ressources limitées et évoluent dans un environnement commercial difficile, mais ils persévèrent et contribuent de manière significative à l’économie nationale.

Microcrédits pour les femmes de la minorité Raglay 

 

 

Catalyseurs du changement : diriger les initiatives communautaires et le progrès social

Au-delà de leurs contributions économiques impressionnantes, les femmes vietnamiennes sont de puissants agents de changement , façonnant activement le tissu social de leurs communautés. Leurs efforts inlassables couvrent divers domaines, laissant un impact durable sur l’éducation, les soins de santé, la protection de l’environnement, les œuvres caritatives et bien plus encore.

 

Autonomiser la prochaine génération : les championnes de l’éducation et de la santé

éducation vietnamienne des femmes

Les femmes vietnamiennes comprennent le pouvoir transformateur de l’éducation et des soins de santé. Ils jouent un rôle crucial en tant qu’enseignants, agents de santé et organisateurs communautaires, garantissant que les services essentiels atteignent même les zones les plus reculées. Les statistiques illustrent leur impact :

  • Les femmes représentent plus de 70 % des enseignants des écoles primaires du Vietnam, garantissant ainsi des opportunités d’éducation de la petite enfance aux jeunes enfants. 

 

  • Les travailleuses de la santé représentent près de 60 % de la main-d’œuvre, jouant un rôle essentiel dans l’amélioration des résultats en matière de santé maternelle. (Organisation mondiale de la santé, 2021)

 

  • Les femmes vietnamiennes consacrent en moyenne deux fois plus d’heures que les hommes aux tâches ménagères telles que : nettoyer la maison, faire la lessive vêtements, cuisine et courses, soins familiaux et garde d’enfants. 

 

corvées au Vietnam hommes femmes

Protéger leur environnement : les gardiennes de la durabilité

Conscientes de l’interdépendance des personnes et de l’environnement, les femmes vietnamiennes sont de fervents défenseurs de la protection de l’environnement. Leur leadership se traduit en action :

  • 25 % des agricultrices vietnamiennes participent activement à des pratiques agricoles durables, telles que le compostage organique et la conservation de l’eau. (FAO, 2020).

 

  • Des initiatives menées par des femmes telles que le « Mangrove Action Project » ont planté plus d’un million d’arbres dans les zones côtières, atténuer les impacts du changement climatique et protéger la biodiversité.

 

 

Thuý élève des vers pour sa ferme biologique

Les luttes des femmes vietnamiennes

Tout en reconnaissant leurs contributions, il est crucial de surmonter les obstacles auxquels les femmes sont confrontées.

 

Inégalités en matière d’éducation

Bien qu’elles soient plus nombreuses que les hommes en ce qui concerne l’éducation précoce, les femmes sont confrontées à un écart important en matière d’achèvement des études supérieures.

Même si les diplômes de licence peuvent atteindre la parité, seulement 1 diplôme de maîtrise sur 3 et 1 diplôme de doctorat sur 6 sont décernés à des femmes.

Mékong Plus mobilise la communauté pour le fonds de bourses.
Les 2% de filles les plus pauvres reçoivent une petite bourse. En conséquence, ils poursuivent leurs études plus que la moyenne des enfants !

 

Écart salarial

Femmes vietnamiennes transformant des noix de cajou

Atelier : transformation des noix de cajou

Au Vietnam, les femmes gagnent 29,5 % de moins par heure que les hommes. Cette disparité découle de la ségrégation professionnelle, des possibilités d’avancement limitées et des pratiques discriminatoires. 

Même si les femmes excellent dans l’éducation préscolaire, elles sont concentrées dans des secteurs moins bien rémunérés comme l’agriculture et les industries de services.

De plus, les normes sociétales donnent souvent la priorité aux hommes pour les postes de direction, ce qui entrave l’évolution de carrière des femmes.

Enfin, les pratiques discriminatoires rendent difficile la négociation de salaires équitables, perpétuant ainsi le cycle des inégalités.

 

femmes managers d'une ONG vietnamienne

Chez Mékong Plus et ses partenaires locaux, 75 % des managers sont des femmes, car elles font très bien leur travail !

 

Harcèlement sexuel

Harcèlement sexuel au Vietnam

Au Vietnam, près de 90 % des femmes déclarent avoir été victimes de relations sexuelles. harcèlement, commençant souvent à un jeune âge.

Malheureusement, la plupart manquent de sensibilisation et de compréhension, ce qui les laisse dans l’incertitude quant à la manière de réagir ou de demander de l’aide.

Même lorsqu’elles le font, seulement 20 % des victimes trouvent un soutien adéquat, ce qui entraîne des sentiments de colère, de peur et de vulnérabilité.

Ce problème omniprésent, présent dans les espaces quotidiens, exige une action collective. Nous devons non seulement responsabiliser les victimes, mais également sensibiliser l’ensemble de la société, en donnant à chacun les moyens de prévenir et de répondre efficacement au harcèlement sexuel.

 

Mékong Plus gère des programmes d’aide juridique dans les villages

 

Violences domestiques

Plus de 50 % des femmes mariées au Vietnam font l’expérience violence physique, émotionnelle ou sexuelle de la part de leur partenaire. Cette statistique alarmante reflète le problème omniprésent de la violence domestique.

 

Les femmes sont parfois abandonnées sans aucun soutien

Les normes patriarcales traditionnelles créent des dynamiques de pouvoir inégales au sein des familles, et la stigmatisation et la peur conduisent à une sous-déclaration.

En outre, des cadres juridiques inadéquats et des services de soutien limités empêchent les victimes de chercher de l’aide.

 

Traite des êtres humains

Le Vietnam est une source, un transit et une destination pour la traite des êtres humains, les femmes et les enfants étant les plus vulnérables. La pauvreté, l’éducation limitée et la faiblesse des contrôles aux frontières font des femmes et des enfants des cibles faciles pour les trafiquants.

Les victimes sont en effet presque exclusivement issues d’un milieu peu instruit, ce qui rend nos programmes éducatifs et programmes d’éducation sexuelle d’autant plus pertinents.

 

 

 

Cette question complexe nécessite une application plus stricte de la loi, des stratégies de prévention et l’autonomisation des communautés pour des solutions durables.

 

Conclusion

Même si les femmes vietnamiennes ont pris leur envol, atteignant de nouveaux sommets dans des domaines autrefois inaccessibles, leur voyage est loin d’être terminé.

Les défis auxquels ils sont confrontés, depuis les normes sociales dépassées jusqu’aux inégalités persistantes entre les sexes, nous rappellent brutalement que le progrès exige des efforts continus. Nous ne pouvons pas célébrer leurs réalisations sans reconnaître les obstacles qu’ils doivent encore surmonter.

C’est là que vous entrez en jeu. En soutenant les programmes de développement de l’ONG Mékong Plus, vous investissez dans l’avenir des femmes vietnamiennes. 

Votre don leur permet d’éliminer les barrières, d’accéder à l’égalité des chances et de réécrire leurs propres récits.

Ensemble, nous pouvons construire un Vietnam où le plein potentiel de chaque femme peut véritablement s’épanouir.

 

 

EXPLOREZ NOTRE PROGRAMME DE MICROCRÉDITS ou FAIRE UN DON POUR AIDER LES FEMMES VIETNAMIENNES

 

 

Le mot de notre Président

Au nom de l’ensemble de notre Conseil d’Administration, du Directeur de notre Association, M. Bernard Kervyn, et de toute l’équipe de Mékong Plus, je tiens à remercier chaleureusement nos donateurs et nos sponsors corporatifs et institutionnels ! Merci de soutenir notre travail visant à promouvoir l’autonomisation des filles et des femmes dans la région du delta du Mékong, leur permettant de créer un avenir plus sûr et plus prospère pour elles-mêmes, leurs familles et leurs communautés. 

Laurence Villeneuve

Président, Mékong Plus

 

 

Autres ONG soutenant les femmes au Vietnam

  • Union des femmes du Vietnam (VWU) : L’organisation nationale des femmes qui milite en faveur de politiques promouvant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes au niveau national.  (Source : Union des femmes vietnamiennes : )
  • ActionAid Vietnam : Une ONG internationale travaillant sur l’égalité des sexes, promouvant les droits des femmes et leur participation aux décisions. processus de création.
  • « She Means Business » d’ONU Femmes Vietnam : ce programme soutient les entreprises dirigées par des femmes grâce à des opportunités de mentorat, de réseautage et d’accès aux marchés.

 

Sources

 

 

Mekong Plus : Nourrir l’espoir et l’autonomisation

Dans le dédale des difficultés que rencontrent les femmes vietnamiennes, Mekong Plus brille comme un phare d’espoir. Cette organisation non gouvernementale (ONG) œuvre inlassablement à améliorer la vie des personnes dans les régions les plus reculées du delta du Mékong et des provinces de Quang Tri et Ha Tinh. Depuis plus de 25 ans, Mekong Plus a dirigé des initiatives de développement communautaire, visant spécifiquement à autonomiser les femmes et les filles.

 

Programmes axés sur l’autonomisation des femmes

Mekong Plus concentre ses efforts sur des initiatives globales qui promeuvent l’éducation, l’emploi et les soins de santé pour les femmes et les filles. Grâce à des formations professionnelles, des programmes de microcrédit et des projets d’éducation, l’organisation crée des opportunités pour les femmes de ces communautés défavorisées afin d’acquérir des compétences essentielles, de devenir économiquement indépendantes et de renforcer leur bien-être général.

 

Initiatives d’éducation et de formation professionnelle

Mekong Plus mène des projets d’éducation qui réduisent les taux de décrochage scolaire chez les filles et promeuvent leur accès à des niveaux plus élevés d’éducation. En fournissant des bourses d’études, en créant des centres d’apprentissage et en collaborant avec les écoles locales, l’organisation travaille pour garantir que chaque fille ait une chance égale de réussir académiquement.

Les formations professionnelles de Mekong Plus englobent un éventail de compétences, depuis l’agriculture durable jusqu’à la couture et la gestion de petites entreprises. Ces formations permettent aux femmes d’acquérir des compétences pratiques qui peuvent être appliquées pour générer des revenus durables pour elles-mêmes et leurs familles.

 

Projets de microcrédit

Le programme de microcrédit de Mekong Plus permet aux femmes des communautés rurales de démarrer ou d’élargir leurs petites entreprises. En offrant de petits prêts à faible taux d’intérêt, l’organisation aide les femmes à développer des entreprises telles que des élevages, des boutiques de couture ou des commerces locaux. Ces initiatives économiques stimulent non seulement l’indépendance financière des femmes, mais renforcent également l’économie locale.

 

Initiatives de soins de santé

Les initiatives de Mekong Plus en matière de soins de santé se concentrent sur l’éducation à la santé reproductive et la sensibilisation à la nutrition, des domaines critiques pour les femmes dans les communautés rurales. L’organisation organise des ateliers et des sessions de formation sur les soins de santé de base, la planification familiale et les pratiques nutritionnelles, afin d’améliorer la santé et le bien-être général des femmes et de leurs familles.

 

Conclusion

La lutte pour les droits des femmes au Vietnam est un voyage complexe, mêlé de progrès inspirants et de défis persistants. Dans cette lutte, Mekong Plus se distingue par son engagement à améliorer la vie des femmes vietnamiennes à travers l’éducation, l’emploi et les soins de santé. En soutenant Mekong Plus, nous soutenons un avenir où chaque femme vietnamienne peut réaliser son potentiel et contribuer pleinement à la société.

Lire l’étude complète

Plus d'histoires

Tentés par un voyage à la découverte de nos projets, de sites historiques incontournables, de paysages enchanteurs et de la cuisine du Delta du Mekong ?

Venez nous rejoindre pour une séance d’information
organisée par Mekong Plus et les Voyages Copine !

Nous vous présenterons différentes séjours – à vélo et en bateau –, ainsi qu’une série d’informations pratiques pour rendre possible votre voyage sur place au Vietnam & Cambodge. Nous aurons le plaisir d’accueillir des participants qui partageront leurs récits de voyage. Les présentations seront suivies d’échanges et d’un dîner.

Réservations

*Participation aux frais : 50 € pour un dîner 2 services (boissons comprises), réponse souhaitée avant le 12 mars 2024.