mekong plus maison plastique recyclé

Mekong Plus aide les villageois avec des maisons en plastique recyclé

Depuis sa création en 1994, l’ONG Mekong Plus accorde la plus grande importance à l’amélioration du niveau de vie des plus démunis et à l’élimination de la pauvreté au Vietnam et au Cambodge grâce à de nombreux projets liés à l’agriculture, aux petites infrastructures, à la santé, à l’éducation et bien plus encore.

Malgré un recul important de la pauvreté au Vietnam au cours de la dernière décennie, un autre fléau a fait surface.

Selon les statistiques de la Banque mondiale, plus de 3,1 millions de tonnes de déchets plastiques sont déversés dans la nature au Vietnam chaque année, avec environ 0,5 million de tonnes supplémentaires pénétrant dans les mers entourant la nation côtière, menaçant l’écosystème et aussi le gagne-pain de plus de 600 000 pêcheurs à travers le pays.

femme plastique
Une femme en train de récupérer des déchets plastiques pour le recyclage

Le Vietnam étant aujourd’hui l’un des principaux producteurs de déchets plastiques dans le monde, Mékong Plus a intensifié son action dans le domaine de l’éducation et de la prévention.

Des collectes régulières de déchets sont organisées dans les écoles primaires et secondaires de nombreux villages bénéficiaires. Les écoles reçoivent une compensation pour chaque kilo de déchets qu’ils collectent. Les déchets plastiques sont ensuite extrudés dans des formes adaptées à la fabrication de tables et de chaises de classe dans des ateliers locaux, éliminant ainsi le besoin de transporter les déchets vers des installations de production éloignées dans les plus grosses villes.

enfants tri plastique
Des écoliers ramassent des déchets qui seront réutilisés pour construire des maisons

Pas seulement du mobilier scolaire mais aussi des maisons

Les volontaires de Mekong Plus réalisant les difficultés rencontrées par les familles pauvres pour construire des maisons bon marché mais durables, l’ONG a sollicité l’aide de son partenaire local, le centre Ánh Dương, pour innover et trouver un moyen de transformer les déchets plastiques en matériaux de construction pour des maisons écologiques à prix abordables.

« En moyenne, plus d’une tonne de plastique est recyclée lorsqu’une petite maison en plastique est construite pour une famille », explique Hồ Tiêu Đan, bénévole de longue date et designer chez Mekong Quilts, l’entreprise sociale affiliée à Mekong Plus.

Après environ deux ans d’essais avec un fabricant partenaire dans la province vietnamienne de Bình Dương, Mekong Plus a piloté avec succès un panneau de toit ondulé en plastique recyclé qui permet de réduire de 20 % les coûts de construction d’une maison tout en conservant les mêmes propriétés d’étanchéité et d’isolation.

Bernard Kervyn et l’équipe du Centre Ánh Dương en pleine inspection d’une maison en panneaux de plastique recyclé.

Nguyễn Văn Tuấn, l’un des premiers bénéficiaires à avoir construit une maison en plastique dans la commune de Vĩnh Trung de la province de Hậu Giang a été agréablement surpris après la fin des travaux début 2021.

La maison ne lui a coûté que 40 000 000 VND (1 560 €).

« Les panneaux sur les côtés sont beaucoup plus fins que les briques et notre maison reste fraîche pendant la journée », fait remarquer M. Tuấn.

mur plastique
Vue rapprochée sur un panneau en plastique recyclé.

Contrairement aux toits en métal, les toits en plastique recyclé sont également beaucoup plus silencieux lorsqu’il pleut », ajoute-t-il, tout en faisant remarquer le fait que les motifs du plastique recyclé rappellent la texture du granite.

La construction de ces maisons en plastique commence par la fabrication d’une charpente métallique pour les murs principaux d’une maison et d’une charpente à base de pannes diagonales à deux côtés pour le toit.

Des panneaux en plastique recyclé de 2,4 x 2 m sont ensuite fixés au cadre uniquement à l’aide de rivets et de colle étanche. Aucune maçonnerie n’est nécessaire, ce qui élimine l’utilisation de ciment.

La fabrication d’une tonne de ciment nécessite une énergie équivalente à la combustion de près de 200 kilogrammes de charbon. Et l’utilisation de ciment de construction à l’échelle mondiale est environ quatre fois plus polluante que tous les véhicules à moteur à combustion présents sur terre, et la création de ces maisons écologiques va bien au-delà d’un simple changement de vie pour les villageois du Vietnam qui en bénéficient – le directeur et fondateur de Mekong Plus, Bernard Kervyn, rappelle que la technique est déjà présente en Europe avec notamment des projets comme ceux de Module2, et il espère que des projets similaires de recyclage plastique vont se multiplier dans de nombreuses régions du monde dans un proche avenir.

Alors que le monde est désormais confronté à une crise énergétique sans précédent, la réduction de la dépendance au ciment bénéficiera également à la préservation de l’environnement.

Travailler sur les défauts et améliorer la conception

Malgré la popularité des maisons en plastique recyclé, Mekong Plus note tout de même quelques freins qui découragent certains habitants d’adopter ce type de logement.

Trần Hoàng Út Diệu de la même commune a remarqué que l’expansion et la contraction répétées dues aux conditions météorologiques extrêmes faisaient craquer certains joints collés de sa maison en plastique, entraînant des fuites d’eau à plusieurs endroits.

« Heureusement, cela peut être réparé facilement et le centre Ánh Dương nous a offert une garantie de 10 ans sur la maison en plastique ! » se réjouit-t-elle.

Phan Văn Dân de la commune voisine de Vĩnh Thuận Đông a été impressionné par les économies et les efforts pour préserver l’environnement, mais il estime que le processus de construction est trop rigide en raison des tailles fixes des panneaux.

mur maison plastique
Un membre de l’équipe du Centre Ánh Dương inspectant le côté d’une maison en panneaux de plastique recyclé.

« Ce serait mieux si différentes tailles de panneaux pouvaient être commandées afin que nous puissions maximiser notre investissement par rapport à notre surface habitable ! » commente Dân.

La plupart des bénéficiaires préférant s’en tenir aux murs de briques et optant pour des panneaux de toit en plastique, Mékong Plus a lancé une campagne fin 2021 offrant des subventions plus importantes aux habitants qui choisissent de construire des maisons entièrement à partir de panneaux de plastique recyclé.

« Au lieu d’une subvention de 470€, nous fournissons 120€ supplémentaires à chaque famille qui complète une maison avec uniquement du plastique », explique Tiêu Đan.

Le frère de Dân, Phan Văn Trung, était ravi en entendant tout le bien que ses voisins disaient de sa nouvelle maison en plastique, mais il s’est inquiété lorsque les panneaux ont commencé à s’écailler en raison des dommages causés par le soleil.

Un autre problème est lié aux risques de contamination par le plastique de l’eau qui s’écoule depuis le toit des maisons vers les jardins.

« Ce n’est pas grave mais nous choisissons de ne pas arroser les légumes avec l’eau qui coule du toit,  et nous utilisons cette eau seulement pour laver le linge ! » Il explique.

Pour lutter contre ce problème, Mekong Plus prévoit d’imiter les réservoirs d’eau omniprésents sur les toits du Vietnam et d’ajouter un additif résistant aux UV sur chaque panneau en plastique.

Malgré l’augmentation du coût de chaque panneau d’environ 2 euros, Bernard pense que cet effort protégera la santé des habitants et empêchera les plastiques de s’accumuler dans le sol.

Les fournisseurs de ces panneaux devront peut-être être convaincus au préalable, car le surcoût est économiquement prohibitif pour le seul Mékong Plus. Le moindre don et la moindre contribution au projet permettra à Mekong Plus d’aller au-delà des 20 familles qui vivent déjà sous des toits écologiques dans la province de Hậu Giang.

En attendant, les bénévoles de Mékong Plus ont trouvé une solution rapide. Mettre un filet agricole sur les toits fait d’une pierre deux coups – protégeant les panneaux en plastique des rayons UV tout en gardant l’intérieur de la maison au frais pendant la journée.

« Nous prévoyons d’avoir au moins une maison « démo » dans chaque village ! » conclut Bernard avec optimisme

Lire d’autres articles

Plume de bambou de mars

Comment Mekong Plus lutte contre la violence conjugale et l’inégalité sexuelle? Retour sur nos actions Éducation sexuelle : Mekong Plus...