Mekong Plus lutte contre la violence domestique et l’inégalité sexuelle dans le delta du Mékong

Mekong Plus lutte contre la violence domestique et l’inégalité sexuelle dans le delta du Mékong

Depuis sa création, Mekong Plus met l’accent sur sa mission d’éliminer la pauvreté et d’améliorer la vie dans les villages les plus pauvres du Vietnam et du Cambodge. 

En raison de facteurs sociétaux et environnementaux, Mékong Plus observe que près de la moitié des ménages pauvres de la région comptent une mère célibataire comme unique soutien de famille. Bernard Kervyn, directeur fondateur de cette organisation à but non lucratif de 20 ans, affirme que la violence familiale, l’abus d’alcool et les accidents de la route sont parmi les causes les plus courantes de cette situation préoccupante.

La violence domestique sévit dans les zones rurales

« Dans le pire des cas, le mari peut mourir de maladie ou d’autres causes, et sa famille finit par tout confisquer à la veuve ! ». Bernard explique un scénario souvent cité.

À Long Mỹ, où Mékong Plus a piloté avec succès plusieurs de ses programmes, Madame Hương nous fait part de son expérience en tant que témoin oculaire et gardienne d’un refuge populaire pour les femmes qui s’enfuient de chez elles en raison de violences domestiques.

Mme Samol, une courageuse Cambodgienne qui a eu le bras coupé par son mari violent.

« Même les couteaux apparaissent quand les hommes sont ivres ! » dit-elle en racontant un incident où un mari a presque décapité sa femme dans un état de stupeur alcoolique. D’après son expérience, un nombre choquant de plus d’un homme sur quatre dans le village devient dangereusement violent lorsqu’il est ivre. La popularité répandue de l’alcool de contrebande fabriqué à partir du riz aggrave le problème.

Il existe trois autres refuges dans les environs, mais celui de Hương reste le préféré, grâce à sa réputation de fournir des emplois aux femmes en fuite. De la fabrication de chapeaux coniques à la collaboration avec Mekong Plus pour la fabrication de sacs en fibre de jacinthe d’eau respectueux de l’environnement pour son entreprise sociale Mekong Quilts axée sur l’artisanat, Mekong Plus a également travaillé avec Hương pour organiser des collectes de déchets plastiques qui génèrent des revenus permettant d’alléger les coûts de l’assurance maladie qui les empêche de tomber dans une plus grande pauvreté en cas de maladie.

Former les femmes à se protéger

Mme Hằng, responsable du projet sur l’égalité des sexes chez Mékong Plus, mène régulièrement des séances de formation qui apprennent aux femmes locales leurs droits existants et comment faire face aux situations où la loi ne les protège pas.

« Nous devons être précis [sur le problème]. Comment appelons-nous la violence [domestique] ? » Hằng demandant à une foule de femmes écoutant avidement son atelier axé sur l’autodéfense et les droits des femmes. 

Des brochures contenant des illustrations et des descriptions écrites des différentes formes de violence domestique ont ensuite été distribuées aux femmes.

Programmes de formation sur la violence domestique organisés par Mekong Plus dans les villages ruraux du Vietnam

« De nombreuses épouses ont accepté la violence domestique comme un droit acquis du mari », a-t-elle ajouté. 

« Certaines demandent même le pardon lorsqu’elles sont battues ! ».

Le manque d'éducation sexuelle est en partie la cause de cette situation

Bernard souligne que le problème généralisé des abus et des inégalités en matière de sexualité prend racine dans le manque d’éducation sexuelle dans les salles de classe. C’est grâce à cette prise de conscience, dès les premiers jours de fonctionnement de Mékong Plus, que Bernard et l’équipe ont décidé d’agir – dès 2002, Mékong Plus a commencé à travailler avec les enseignants locaux sur un programme récurrent d’éducation sexuelle dans les écoles secondaires.

 » Nous voulons atteindre les enfants [avec les connaissances pertinentes] lorsqu’ils sont en pleine puberté « , Bernard a souligné l’importance du timing. 

Étant donné que les questions de genre commencent souvent à la puberté et à l’école sous la forme d’un manque de respect et de taquineries « innocents », il pense qu’aider les jeunes à comprendre le sexe opposé est la voie à suivre pour réduire la violence domestique à l’avenir.

Au début, le programme s’est heurté à la résistance des parents, mais les résultats positifs constatés dès la deuxième année ont rapidement fait changer leur point de vue.

D’après les statistiques officielles obtenues auprès des autorités locales, 20 % des lycéennes vietnamiennes ont subi des avortements secrets. La réduction de ces incidents dans les zones où le programme de Mékong Plus prospère est devenue un facteur clé qui a encouragé de nombreuses familles à soutenir sa poursuite.

« [Avec ce programme], les garçons ne plaisantent plus [sur le sexe] et sur ce qui arrive à leur corps [désormais] », a-t-il expliqué.

Grâce à la formation des enseignants, peu de suivi est nécessaire et le programme se déroule sans problème dans la plupart des cas.

Outre la formation en milieu scolaire, Mékong Plus met à la disposition des enseignants et des élèves une ligne d’assistance téléphonique pour qu’ils puissent demander de l’aide. Ces dernières années, la plupart des activités menées en dehors des salles de classe ont pris la forme de discussions privées via des applications de messagerie.

Comment vous pouvez aider Mekong Plus

Actuellement, Mekong Plus travaille avec plus de 150 femmes et 100 écoles secondaires dans le but d’éradiquer les problèmes de genre et la violence domestique au Vietnam.

La crise du COVID-19 a rendu difficile la collecte de fonds et l’accès à ses bénéficiaires. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les différents programmes menés par Mekong Plus et sur la manière dont vous pouvez l’aider, rendez-vous ici 

 

Laisser un commentaire