L’amélioration de l’éducation dans le delta du Mékong est la clé pour changer des vies

L’amélioration de l’éducation dans le delta du Mékong est la clé pour changer des vies

Qu’il s’agisse de cofinancer des projets d’infrastructure au Cambodge et au Vietnam ou de créer les premières entreprises sociales d’Asie du Sud-Est basées sur la couture, qui ont changé la vie de plus de 4 000 femmes défavorisées, le fondateur de Mekong Plus, Bernard Kervyn, n’est pas étranger à l’ironie souvent méconnue du travail social.

« Donner de l’argent n’est pas toujours la solution, [mais] créer un sentiment de solidarité l’est », explique Bernard de manière assez simpliste.

Son premier projet dans le delta du Mékong avec Mekong Plus a également été une révélation pour l’équipe. Le cofinancement d’un pont en béton a changé la vie des enfants scolarisés de deux villages, qui devaient autrement parcourir plus de 5 km par jour en contournant une rivière pour se rendre à l’école.

« Nous avons réalisé l’importance de l’éducation, [et depuis lors] la plupart de nos efforts se sont concentrés sur ce point ! »

L’éducation dans le delta du Mékong est souvent un luxe

Contrairement aux idées reçues, l’éducation au Vietnam peut être prohibitive pour de nombreuses familles. Au-delà du temps de trajet peu pratique, le revenu mensuel moyen d’une famille dans le delta du Mékong, d’environ 2 000 000 VND, est souvent inférieur au budget nécessaire pour envoyer un enfant au lycée.

« [L’enfant] peut avoir besoin de louer un logement près d’une école située loin de chez lui. Parfois, la seule façon d’envoyer les enfants à l’école est d’emprunter de l’argent ou de vendre des biens », a expliqué Bernard. En conséquence, plus de 30 % des enfants vietnamiens abandonnent l’école avant d’avoir terminé leurs études secondaires au Vietnam, les statistiques au Cambodge atteignant le chiffre choquant de 65 %.

Quelques camarades de classe dans une école au Cambodge.

Si la pandémie de 2020 a pu être l’occasion de révolutionner l’enseignement en ligne, le manque d’accès à une connexion internet fiable a fait que les enfants des villages ont commencé à prendre du retard sur leurs camarades citadins.

« Le problème était encore plus grand au Cambodge. [À cause du virus], ils n’ont bénéficié que de trois semaines d’école sur 12 mois en 2020. »

En fin de compte, Bernard pense que l’approche de Mékong Plus pour améliorer l’accès à l’éducation touche une corde sensible chez les bénéficiaires de l’organisation.

« Nous avons posé la question depuis de nombreuses années. La plupart des villageois sont d’accord pour dire que l’éducation est la priorité absolue ! » s’exclame Bernard.

Des efforts d’éducation vains sans la santé

L’un des programmes les plus mémorables menés par Mékong Plus dans le cadre de ses efforts en faveur de l’éducation au Vietnam est une campagne permanente visant à promouvoir des habitudes saines parmi les écoliers.

Une petite fille se brossant les dents dans la région du delta du Mékong.

« Le programme scolaire [des élèves] couvre ces questions, mais ils ne les enseignent pas à l’école », a expliqué Bernard, tout en soulignant que de nombreux sujets tels que l’hygiène personnelle sont souvent découragés d’être enseignés pendant les heures de classe. Les enfants sont souvent obligés d’étudier ces chapitres à la maison, par eux-mêmes.

En 1997, Mekong Plus a lancé un programme d’éducation à la santé bucco-dentaire dans le cadre duquel les enseignants ont appris aux enfants à se brosser les dents trois fois par jour. Les caries dentaires chez les enfants du village ont fortement diminué quatre mois seulement après le début du programme. Grâce à une meilleure santé, la fréquentation scolaire s’est améliorée. Au moment de la rédaction de cet article, le programme a bénéficié chaque année à 45 000 enfants de 9 districts ruraux qui ont pris conscience de l’importance de l’hygiène bucco-dentaire.

Le programme d’éducation à la santé bucco-dentaire de Mékong Plus

« Nous surveillons constamment la situation avec les normes internationales d’indice de plaque dentaire. [Nous effectuons] un échantillonnage annuel pour voir si la santé des enfants s’améliore [ou non]. »

L’amélioration des installations comme incitation à avoir des dents propres

En guise de récompense, les écoles ayant obtenu les meilleurs résultats reçoivent un cofinancement pour la modernisation des installations. Qu’il s’agisse de nouvelles pompes à eau, de réservoirs d’eau ou de nouvelles toilettes étincelantes, Mékong Plus a amélioré les normes sanitaires de plus d’une centaine d’écoles. Dans le même temps, Bernard souligne que la carotte ne doit être offerte qu’une fois les connaissances acquises.

Une équipe de volontaires de Mekong Plus apprend aux enfants à se brosser les dents correctement.

« Si vous n’enseignez pas, les installations ne sont pas entretenues », a-t-il prévenu.

L’inverse est peut-être vrai aussi ; l’enseignement des pratiques sanitaires est impossible sans installations propres. 

« Nous voulons que les enseignants et les élèves travaillent ensemble sur des projets. Le changement d’attitude est important ! »

Le bien-être des étudiants, une condition préalable importante

Depuis le succès du programme d’hygiène dentaire, Mékong Plus a amassé un portefeuille de différents efforts pour améliorer le bien-être des écoliers défavorisés. Plus controversé, Bernard et son équipe se sont constamment battus pour faire évoluer l’attitude locale vis-à-vis de l’éducation sexuelle dans les écoles publiques. 

« On estime que près de 20 % des lycéennes vietnamiennes ont eu recours à l’avortement », prévient Bernard. Ce chiffre, qui semble choquant, est tiré d’une enquête menée en 2015 par les Nations unies. Il note que si les parents n’étaient initialement pas ravis de l’éducation sexuelle « explicite » pendant les cours de récréation, ils comprennent désormais que c’est un meilleur choix que d’autres « canaux d’exposition ».

« Vous préférez que l’école leur enseigne [le sexe] plutôt que Facebook ! »

Sur une note plus légère, Mékong Plus a également piloté des tests de vision de masse pour les écoliers afin de s’assurer que leur éducation n’est pas compromise par une mauvaise vue.

Un petit garçon à côté d’un test de la vue dans une école du Vietnam rural.

« Chaque fois que nous faisons passer un test de la vue à un enfant, nous découvrons que 1000 autres enfants ont besoin de lunettes », se souvient Bernard. D’autres handicaps sont rares et souvent coûteux, mais la myopie est l’un de ceux qui peuvent être facilement corrigés par des tests et des lunettes abordables. Depuis l’inauguration du programme, 50 000 enfants des villages ont été dépistés deux fois par an.

« Vous ne le croirez peut-être pas, mais de nombreux enfants ont été considérés comme inintelligents à cause de leur mauvaise vue ! »

Laisser un commentaire