Mekong Plus : Une organisation dédiée à l’amélioration de la vie des plus pauvres dans le delta du Mékong.

Mekong Plus : Une organisation dédiée à l’amélioration de la vie des plus pauvres dans le delta du Mékong.

Vingt ans, cela peut sembler long, mais pour Bernard Kervyn, fondateur de Mekong Plus, une ONG basée au Viêt Nam et au Cambodge qui s’est engagée dans le développement des zones rurales défavorisées des deux pays, ce fut un voyage bien mérité, fait de larmes et de joie, souvent pour assister au renouveau de la vie de certains de ses bénéficiaires les plus pauvres.

Un nouveau départ motivé par les expériences en Asie du Sud

Profondément motivé par l’agronome français René Dumont, dont le livre illustrait des scènes de pauvreté en Inde, Bernard est parti au Bangladesh pour rejoindre une ONG pendant plus de dix ans. Il a ensuite apporté au Vietnam, avec son épouse, la précieuse expérience acquise en Asie du Sud pour créer Vietnam Plus. L’organisation a depuis été rebaptisée Mekong Plus pour refléter son engagement envers le Viêt Nam et le Cambodge, qui partagent la région géographique du Mékong. 

« Lorsque nous avons démarré [l’organisation] en 1994, il n’y avait pas de culture du travail social et pratiquement personne n’avait d’expérience dans ce domaine », a révélé Bernard. 

Au début du projet, il était courant que des citadins rejoignent l’équipe et soient « choqués » par la vie dans les zones rurales et partent pour la grande ville en quelques jours. Peu après le premier voyage inaugural de Bernard dans la province côtière de Bình Thuận, alors très pauvre, d’anciens collègues et amis de diverses ONG avec lesquelles il avait travaillé ont décidé de donner un coup de main financier, ce qui a permis à Mékong Plus de faire un bond en avant dans ses premiers efforts.

Une femme nettoie sa vaisselle au bord de la rivière dans un village rural du delta du Mékong.

Une myriade de stratégies développées sur deux décennies 

L’une des premières stratégies conçues par Bernard et son équipe a été le cofinancement.

« [Au début], nous n’avions pas l’intention de nous lancer dans la construction de ponts et de routes », explique Bernard en toute sincérité. Il a alors demandé aux dirigeants d’un village ce qu’ils pouvaient apporter, et a finalement été surpris de constater que les villageois avaient décidé à l’unanimité de prendre en charge 75 % des coûts. Cela est finalement devenu le protocole standard pour la plupart des projets soutenus par Mékong Plus. 

« Les ponts étaient bien construits, solides et faits pour durer, et moins chers aussi », a remarqué Bernard. Lui et l’équipe ont réalisé que la participation de la communauté et le sentiment d’appropriation étaient essentiels à la réussite des programmes. Ce principe a été réadapté aux premiers programmes de latrines scolaires de Mékong Plus, dans le cadre desquels Mékong Plus remboursait aux écoles disposant des toilettes les plus propres une part importante des coûts de construction initiaux.

De nombreux ponts sont en mauvais état dans le delta du Mékong.

« Les latrines sont devenues leurs latrines, [et] pas [seulement] des latrines de projet ! ». s’est-il exclamé.

Dès lors, l’accent mis par Mékong Plus sur l’éducation a progressé spontanément, donnant naissance à d’autres programmes tels que l’octroi de bourses d’études aux enfants nécessiteux du delta du Mékong. Pour Bernard, l’un des moyens les plus efficaces de sortir les familles de la pauvreté est de faire en sorte que les enfants prospèrent à l’école.  

« À ce moment-là [de l’histoire], beaucoup [des] familles avec lesquelles nous travaillons ne réalisaient pas l’importance de l’éducation. »

Une petite fille traverse un pont de singe dans le delta du Mékong.

L’une des initiatives les plus remarquables dont Bernard pense que Mékong Plus a été le maître d’œuvre, et l’est encore aujourd’hui, est une course annuelle de solidarité qui réunit la quasi-totalité des communes bénéficiaires dans chacune des régions où fleurissent les initiatives de Mékong Plus.

« Tout le monde, y compris les enfants, les enseignants et les cadres du gouvernement [courent] ! ». a déclaré Bernard en dépeignant l’ampleur des derniers runs de 2019 avant que la pandémie ne fasse des vagues en 2020. Chaque année, les courses accueillent environ 125 000 participants. À la fin de chaque course de charité d’environ 3 kilomètres, chaque participant est encouragé à faire don d’une somme d’argent indéfinie pour aider la communauté à financer des bourses d’études pour environ 2 % des écoliers.

Des enfants courent pendant la course de solidarité dans le delta du Mékong.

« Ce n’est pas la valeur qui compte, c’est la marque concrète de la solidarité. »

Le microcrédit : un tremplin vers l’indépendance financière

Parmi les initiatives les plus efficaces développées par Mékong Plus figure le système de microcrédit qui permet aux bénéficiaires d’emprunter de petites sommes d’argent sans intérêt pendant les trois premières années. Bernard estime que cela facilite la sortie de la pauvreté pour de nombreux pauvres du delta du Mékong, dont beaucoup sont des mères célibataires issues de familles brisées.

« Avant de soutenir la famille par une formation et un microcrédit, nous nous assurons que les enfants n’abandonnent pas l’école ». explique Bernard. Une fois qu’une famille a été jugée apte à bénéficier d’une aide financière, l’équipe de volontaires de Mékong Plus procède à la formation des bénéficiaires afin d’assurer la longévité du projet, qui comprend des activités agricoles à petite échelle telles que la culture de légumes, de volailles et d’anguilles de riz.

Une famille cultivant des légumes dans son jardin dans le Delta.

« 30 à 50 poulets bien soignés donneront un bon rendement en 3 à 4 mois. Mais s’ils n’utilisent pas les bonnes techniques, la mortalité des poussins peut atteindre 80 % », a averti M. Bernard.

Les prêts initiaux s’élèvent en moyenne à 2 000 000 VND et doivent être remboursés en 6 mois. Mékong Plus évalue ensuite la situation globale de la famille avant de procéder à l’octroi d’un prêt plus important, souvent supérieur au prêt initial.

« Les mauvais payeurs sont extrêmement rares et nous constatons une augmentation moyenne des revenus de 25% [par an] ».

Enrichir le projet par la vente au détail : Les courtepointes du Mékong

Chez Mékong Plus, la dimension humaine est le fondement de toute communauté, et presque toutes ses activités visent à garantir que les gens répondent à leurs besoins et vivent dans la dignité. 

C’est dans cet esprit que, peu avant l’été 2001, Bernard a découvert une opportunité en or qui allait bientôt s’avérer être la clé pour améliorer la vie d’innombrables femmes défavorisées au Vietnam et au Cambodge. Mekong Plus a commencé à travailler avec madame Thanh Truong, et un créateur de tissus, pour former les femmes locales à la production de courtepointes de haute qualité. Grâce à des mains agiles, des édredons de haute qualité et le bouche à oreille, Mekong Quilts est né et emploie aujourd’hui plus de 100 femmes dans les deux pays, produisant une large gamme de produits qui ne se limite plus à sa ligne d’édredons. Pendant les premiers jours de la pandémie en 2020, sa ligne esthétique de masques à quatre couches est devenue l’un des articles les plus vendus.

Un groupe d’artisans quilteurs, créant de magnifiques quilts.

« Nous avons tellement appris au fil des années, et évoluer avec les temps et les crises nous a permis de rester à flot. »