Santé & Hygiène

UN MYTHE : LA SANTÉ EST UN PUIT SANS FOND

Bien sûr les actions santé ne rapportent pas d’intérêts, il n’y a pas de remboursements comme avec le microcrédit. Ce qui importe cependant, c’est le bien-être des gens, pas le portefeuille du programme.

SANTÉ

Maladies ou accidents : facteurs de pauvreté

Les soins de santé coûtent parfois très cher. Mékong Plus aide les plus pauvres pour une petite partie et motive la communauté à apporter sa contribution. S’il y a urgence, et pour les plus pauvres, Mékong Plus couvre tous les frais: par exemple quand un enfant est renversé par une moto etc.

Au Vietnam :

Le réseau des dispensaires est dense et efficace, comme les programmes de prévention. Reste la question de l’hygiène, souvent déplorable. Pour les pauvres, le moindre accident ou maladie peut causer le plongeon dans la grande pauvreté.

Au Cambodge

Les services sont très en-deçà et la situation est bien pire. En cas de maladie les diagnostics sont souvent fantaisistes, conduisant à de grosses dépenses inutiles ou dangereuses. Parfois on préfère aller à la ville, quand ce n’est pas le dispensaire qui vous y oblige, surtout pour les très pauvres, qui ne peuvent pas payer. Un aller-retour à la ville peut coûter l’équivalent du budget familial pour le mois –les paysans se font arnaquer dès la descente du bus.

Outre les frais exorbitants qui nécessitent de vendre à bas prix bétail, terrains, voire la maison… un arrêt de travail est la pire catastrophe, les paysans n’ont pas d’assurance, sinon la solidarité des voisins.

Aide au diagnostic

Les villageois sont très dépourvus et à la merci des mauvais diagnostics. Certains médecins peu scrupuleux font peur: « Il faut vous opérer tout de suite ou je ne réponds de rien ». Souvent les paysans vendent une terre pour une opération pas nécessaire ! Mékong Plus propose un 2ème diagnostic auprès d’un spécialiste ami en ville

Hygiène et prévention